Solitude et isolement

 

 

 

Cette enquête sur l’isolement et la solitude des personnes âgées est d’abord l’expression du parti pris délibéré des associations qui constituent le Collectif « Combattre la solitude » de toute la richesse de la prise de parole de nos aînés, de leur capacité à être encore acteurs de leur propre vie et de l’intérêt pour tous de la transmission de leurs expériences.

Cette enquête fait ressortir que la solitude des personnes âgées n’a pas pour principale cause les diverses déficiences dues au vieillissement, même si elles sont des facteurs aggravants qu’il s’agit d’aider à compenser le mieux possible.
Leur solitude vient du sentiment qu’elles ont de n’être plus considérées que comme une charge inutile et de ne plus être reconnues dans leur capacité de participation à la vie quotidienne et citoyenne. C’est bien de leur solitude que les personnes âgées nous parlent, quelle que soit par ailleurs la réalité de leur isolement.

Une solitude souvent insupportable dont on prend fort peu la mesure. Le suicide des personnes âgées reste un sujet totalement tabou alors que la probabilité de se suicider à 75 ans est 5 fois supérieure qu’à 20 ans et qu’elle ne cesse de croître avec l’âge 1.

Les personnes âgées expriment avec force leur besoin de reconnaissance et leur volonté d’être aidées non pas pour être prises en charge mais pour maintenir le plus possible leur autonomie et leur permettre d’exercer toutes les capacités de choix, d’échanges et de participation qu’elles continuent de posséder.
Elles rejoignent en fait tous ceux qui pour de multiples raisons sociales, économiques ou personnelles sont en situation de fragilité, marginalisées et exclues. Notre société est touchée par trois crises qui s’entretiennent les uns les autres : crise de l’emploi, crise du sens et crise du lien social 2.

Le travail est devenu une source majeure d’identité et lorsque que l’on devient « inactif » la recherche de l’identité absente, à travers des signes, des appartenances voire des communautarismes, devient centrale et elle est fortement exprimée par les personnes âgées rencontrées.

Cette difficulté de reconnaissance identitaire de nos aînés fait qu’ils ont du mal à se donner des objectifs individuels et à se sentir portés par des projets collectifs mobilisateurs, dans une société qui est en pleine crise de sens et n’a pas trouvé de modèle pertinent.

Enfin, les difficultés concrètes de plus en plus lourdes à « sortir », à rester en lien avec « l’espace public », sont amplifiées par « la crise plus générale du lien social qui provient du délitement progressif du tissu des relations qui existaient autrefois entre les individus à travers des institutions régulatrices comme les syndicats, les partis politiques, les églises,… Dès lors qu’un accident de la vie survient (chômage, séparation, maladie,…), les mécanismes de solidarité traditionnels ne jouent plus et l’exclusion vient alors dissoudre le sens et les liens sociaux 3».

Les personnes âgées disent avec force que les réponses apportées par les divers intervenants privés, publics ou même familiaux se réduisent souvent à des prestations, mais que sans relations elles ne répondent pas à leur solitude.
« La question majeure est celle de la densité du capital social, d’entourage, de lien social qui entoure les personnes en difficultés. Et c’est bien là l’enjeu majeur de nos associations dans leur travail quotidien, au plus près de la détresse humaine 4 »

La Fédération de l’Entraide Protestante, qui compte dans son réseau environ 90 associations qui gèrent des maisons de retraite ou divers services intervenant auprès des personnes âgées, est convaincue que les associations doivent jouer un rôle de vigilance et d’innovation. Elles sont appelées à impulser une dynamique citoyenne qui permette de mettre en place un dispositif d’engagement collectif qui mobilise non seulement tous les acteurs du social mais aussi tous les grands acteurs publics et privés de la société française et l’ensemble des citoyens.

Le Collectif « Combattre la solitude » constitue une plate-forme qui est amenée à jouer un rôle important dans les années à venir et à devenir un partenaire incontournable des pouvoirs publics pour l’élaboration et la mise en place de réponses satisfaisantes à l’isolement et à la solitude des personnes âgées dans notre pays.

Philippe VERSEILS, Secrétaire Régional de la Fédération de l’Entraide Protestante, chargé du dossier « Personnes Âgées »
27, rue St Gilles 30000 NÎMES Tél. 04 66 28 11 42 mail : arcmediterraneen@fep.asso.fr

1 « Les statistiques ont révélé les chiffres significatifs du suicide chez les plus âgés d’entre nous : plus de 3 000 morts par an pour les plus de 65 ans, dont 1 640 chez les plus de 75 ans. Les raisons analysées : isolement, dépression, démission ». Informations diffusées sur le site www.agevillage.com.
2 Cf. la réflexion de Gilles de LABARRE, président du Centre d’Action Sociale Protestant à Paris, Introduction au Dossier Crise Sociale publié par la Fédération Protestante de France sur son site www.protestants.org.
3 Gilles de LABARRE, Introduction au Dossier Crise Sociale.
4 idem

Source(s) : FPF;FEDERATION PROTESTANTE DE FRANCE; Date de parution : septembre 2006